Cheesecake: le remake tunisien

Publié le par tunis

Voilà des semaines que la télévision -en particulier, Martha Stewart et  Nigella Lawson- et le web (il suffit de chercher le tag cheesecake dans blogactu, voyez la fantaisie de nos bloggeuses) m’envoient des messages subliminaux : fais un cheesecake, fais un cheesecake, ne résiste pas à l’envie de goûter un truc crémeux et sucré, épicé (la base) et délicieux (fruits rouges)… seulement voilà, comment faire un cheesecake alors qu’on en a jamais goûté ? Comment faire un cheesecake alors qu’on ne possède ni Philadelphia ni ersatz de Saint-Moret à Tunis? Des speculoos à émietter, j’en ai trouvé mais ils coûtent trop cher pour une recette-test (rayon exotique Carrefour : il vous en coûtera 7 dinars pour un malheureux petit paquet).

Creamy cheese es-tu là ?

 

 

Speculoos

 

 

 

J’ai pris le parti de réaliser moi-même les speculoos. Comme je suis impatiente, je boude les recettes qui préconisent un repos de 12 à 24 h pour la pâte afin que les épices exhalent leurs parfums. Je suis contente de tomber sur la recette de Mercotte d’après Christophe Felder. Elle est rapide et fiable. Pour les épices, je mets du gingembre, de la cannelle et quelques clous de girofle réduits en poudre. Pour la forme, je choisis le cœur. C’est très bon, bien épicé.

Verdict : je l’aurais un jour, je l’aurais…

 

 

 

Je suis les conseils de Fred (thanks) pour la recette et la cuisson à feu très doux. Je me rends compte de deux choses : le diamètre de mon moule à charnière est un peu plus grand que celui de Fred (22 et non 18) et je retiens la leçon de mettre une plaque sous le moule. La première chose implique que mon cheesecake est moins haut et moins blanc (plutôt jaunâtre) que ceux qui fleurissent sur les blogs. La seconde est que le bord amovible laisse un peu couler le beurre fondu qu’on a amalgamé à la poudre de speculoos. Résultat, au moment où j’allume le four à un température plus élevée, une odeur de brûlé se répand à une vitesse phénoménale et elle persiste jusqu ‘au lendemain !Je le nappe d’un coulis de fruits rouges et de fraises coupées en tranches pour la couleur (c’est plutôt un cache-misère, hmf !) et le goût acidulé. Le goût : c’est plutôt bon, la texture est bien crémeuse après passage au frais mais c’est un peu lourd. On peut difficilement en prendre plus d’une tranche. Je pense que si mon cheesecake était vraiment réussi, j’aurais été plus enthousiaste. Il reste à essayer la recette à base de ricotta, il y’en a à tout les coins de rue ici (de la ricotta, pas les cheesecakes !). On verra (goûtera) bien!

 

 

 

 Après discussion avec une autre dingue de cuisine qui a pour elle l’avantage d’avoir goûté un cheesecake en France et  que je salue au passage, on a convenu que seul un fromage pouvait prétendre au rang du « creamy cheese » : « fraidoux » de la marque Président. Il est crémeux à souhait, doux ou en tout cas pas trop salé et il supporte  bien la cuisson (je l’utilise pour farcir des fonds d’artichaut en complément de la ricotta). Va pour fraidoux, la plupart des recettes indiquent au moins 500 grammes. J’en prends trois de 250 g.

Commenter cet article

madjy 06/04/2007 17:50

Oui essaye avec de la ricotta ça marche aussi bien !

$ha 01/04/2007 01:35

Je ne connais pas le fraidoux! En tout cas, ça me donne envie de cheesecake tout ça!

tunis 06/04/2007 00:43

Je ne suis pas sûre que ce produit existe en France, je pense qu'il a été créé en Tunise pour le marché local. Je suppose que ça se rapproche des fromages  du style saint-moret. C'est tout ce que j'ai pu trouver pour le remplacer.

tunis 25/03/2007 01:14

A vrai dire, les illustrations de mes  blogs culinaires préférés  sont si alléchantes que je ne peux pas résister à l'envie d'y plonger ma cuillère...Je tenterai bientôt le cheesecake à la ricotta.
PS/ lili63, le lien vers ton site web ne fonctionne pas chez moi, comment faire ?
A bientôt

lili63 24/03/2007 14:53

quel courage de faire un tel gateau avec des ingrédients si difficiles à trouver !essayes avec la ricotta , c'est tres bon !