Curry vert de crevettes à la thailandaise

Publié le par tunis

Cela fait bien longtemps que je n'ai pas posté sur mon blog, quinze jours environ. Evidemment, entre-temps, je n'ai pas cessé de cuisiner ou de me goinfrer mange. Mais après un mois bien délicieux, on se sent un peu vidé, on se repose sur ses classiques, et on a envie de visiter d’autres horizons gustatifs.
Ceci est mon premier plat asiatique, et je dois dire que je ne regrette pas de l’avoir essayé. Je le dédie à Mary, qui m’a fait découvrir ces nouvelles saveurs lors de mon récent séjour à Paris. Elle m’a invitée à un restaurant thailandais assez réputé pour la finesse de ses saveurs, situé au 11ème, le « REUAN THAI ». Je ne garde pas de photos des mets servis, trop occupée à tirer nos portraits respectifs avant une séparation plus ou moins longue, la dernière aura duré cinq ans ! Je garde un excellent souvenir d’un curry vert de lotte, très délicat, mais j’ai eu un peu de mal avec la salade de mangue verte avec le poulpe frit, mes papilles étant peu réceptives au mélange salé- acide.
Ma satisfaction est d’avoir pu le faire, guidée par le second livre de ma blogueuse préférée Pascale Weeks, et surtout à partir d’ingrédients disponibles pour la plupart en Tunisie désormais. Le résultat était plutôt réussi, j’ai eu l’impression que celui du restaurant était un peu plus liquide, mais l’ensemble est vraiment goûteux, pas très épicé, délicat et surtout facile. Voici les ingrédients principaux, trois sur quatre ont été acquis ici, le curry pouvant être confectionné chez soi si on suit les conseils de Scally :

DSCF1230.jpg

Par rapport à le recette originale, j’ai réduit la quantité de curry (celui du commerce est plus fort), celle du sucre roux, et j’ai commencé par une précuisson des crevettes à l’eau pendant environ 7 minutes. La quantité est pour 2 personnes.
Les ingrédients :
300 g de crevettes de taille moyenne précuites et dénervées - 1cs d’huile végétale, 1 cs rase de pâte de curry verte thaïlandaise- ½ cs de nuoc mâm( ou « nam pha » ou encore « fish sauce »)- le jus d’un demi- citron- une pincée de sucre roux- 20 cl de lait de coco (environ la moitié de la boîte)- une poignée de coriandre fraîche
Les étapes :
Faite chauffer l’huile dans un wok ou comme moi dans une petite marmite creuse, pas très orthodoxe, je le concède… ajouter la pâte de curry en remuant sans cesse puis ajouter le lait de coco très progressivement (d’abord quelques cs puis peu à peu) en remuant à chaque fois pour la dissoudre. Baisser le feu, couvrir et laisser épaissir quelques minutes avant d’y ajouter le nuoc mâm, le jus de citron et la pincée de sucre, laisser mijoter 1 minutes puis ajouter les crevettes. Laisser cuire pendant 5 minutes environ et terminer par la coriandre et servir avec du riz blanc cuit à la vapeur.

 

DSCF1235.jpg
Note sur les produits utilisés :
Depuis quelques années, on voit apparaître des produits « exotiques » en Tunisie sur le marché. Tout étant bien sûr relatif, puisque « saumon fumé» ou « purée de marron » peut sembler exotique ici. On remarque que les grandes surfaces consacrent un minuscule rayon aux « produits du monde » (Carrefour) qui se trouvent dans celui de « l’épicerie fine » (Monoprix) parfois ou encore juste avec les produits diététiques (Champion). L’ensemble patauge dans une joyeuse confusion, mais on ne va tout de pas se plaindre, hein ?!
On trouve un bon choix de sauces asiatiques désormais même chez Carrefour et Champion, telles que la sauce soja, la sauce d’huitre, ou d’autres comme la sauce nuoc mâm appelée aussi « nam pha » ou « fish sauce ». On trouve également de nombreuses purées de condiments, piment chili, ou encore de citronnelle. Les vermicelles chinoises sont moins rares que les feuilles de riz pour un prix raisonnable, trois dinars pour les premières, dans les cinq dinars pour les secondes. Le lait de coco se trouve depuis déjà bien longtemps en conserve, à côté des cœurs de palmiers en boîte des pousses de soja aussi. Le sucre roux est un peu plus cher, environ neuf dinars. 
La coriandre se trouve facilement sur les étals, on l'appelle "couzbor" en Tunisie. On la vend souvent avec l'aneth appelé "chebt". Je les achète frais, je les hache avant de les congeler pour ne pas en manquer.
Le restaurant de spécialités thaïlandaises « REUAN THAI » se situe au 36, rue de l’Orillon, 75011 Paris. Téléphone : 0143551582 ; Métro : Belleville.



DSCF1236.jpg

Publié dans les pieds dans le PLAT

Commenter cet article

Flo 30/10/2007 08:57

Quelle belle couleur ! Le bol me plaît bcp ! Où l'as tu déniché ?

wissal 29/10/2007 23:20

enfin de retour, ça faisait trop longtemps, ton cury est un délice, simple et rapide, hummmm, je sens l'odeur du lait à la noix de coco et la coriandre, je suis aussi très heureuse qu'on trouve autant d'ingredient en tunisie, ça me permettra d'initier ma petite famille à la cuisine asiatique que j'adore, bisous

Fabienne 29/10/2007 21:55

Ou comment repartir en voyage ... via la cuisine ...

LILI 29/10/2007 20:45

Pour une fan de la cuisine thaî comme moi ce plat est un petit festin.

tunis 01/11/2007 21:21

@Wissal: contente de t'aider à les faire voyager...par le goût!@Flo: c'est une cousine qui me les avait achetés chez Casa, il y a deux ans. C'est un set pour 2 avec bol, baguette et repose- baguette.